Dauphiné Libéré du 26 novembre 2022

Portique Ducal Chambéry

Le salon ouvert ce vendredi se poursuit tout le week-end au Parc des expositions. Juste avant les fêtes, les chocolatiers s'apprêtent à y réaliser leurs meilleures ventes de l'année.

Chocolat plaisir, chocolat gourmandise ou chocolat grignotage... Sur le salon Saveurs et Terroirs, gourmandes et gourmets sont invités à venir déguster la fragilité, la finesse, la délicatesse et la saveur de précieuses fèves de cacao transformées en produits d'exception par la passion et le savoir-faire d'authentiques artisans chocolatiers », annonce Sylvie Lejeune, la gérante du magasin Yves Ahuries à Chambéry.

« En bûche, dans le calendrier de l'Avent, en boîte à offrir... Noël est la période de l'année pendant laquelle on déguste le plus de chocolats, avant même Pâques ! Les. Français(es) consomment en moyenne un peu plus de 7 kg de chocolat par an. Si on aime autant le chocolat, c'est pour son goût, car il contient tout ce qui excite nos papilles : du sucré, mais aussi du gras. Un savoureux mélange aux vertus ouvrant sur une sensation de bien-être et de satisfaction. Et puis le chocolat, c'est bon pour la santé (surtout le noir), et ça donne de l'énergie et un bon moral. Mais attention, comme tous les bons produits, c'est calorique, donc à consommer sans excès ! », ajoute Christophe Mallet, pâtissier chocolatier, formateur au CFA MFR Le Fontanil.

Chaque chocolatier a ses fournisseurs en fèves de cacao et le choix des crus est grand parmi les pays de la ceinture équatoriale, entre l'Afrique et l'Amérique du Sud, sans oublier l'Asie du Sud-Est et l'Asie du Sud. D'autres, comme la maison Yves Thu-ries, élaborent leurs chocolats à partir de leur propre récolte de fèves de cacao à San Fernando (Équateur). Si les purs amateurs ne jurent que par la qualité gustative du chocolat noir au pourcentage élevé en cacao, le chocolat est également à la base de très nombreuses recettes de pâtissiers ou de succulentes crèmes. Cette douceur à un prix, environ une centaine d'euros pour 1 kg.
Selon Sylvie Lejeune et Christophe Mallet, le chocolat a toujours la cote, et si les prix venaient à flamber, les consommateurs y consacreraient les mêmes sommes. Sur le salon, le panier moyen est estimé entre 20 et 30 euros.

Guy JACQUEMARD