Dixième anniversaire du jumelage entre les donneurs de sang de Moûtiers et Verrès

Portique de Tarentaise

Samedi 15 juin, le Portique de Tarentaise était l’invité de l’association des donneurs de sang de Moûtiers-Aigueblanche à l’occasion des dix ans de la convention de jumelage entre les donneurs de sang moûtiériens et l’AVIS de Verrès (Associazione Volontari Italiani del Sangue). Les deux associations connaissent les mêmes problèmes des deux côtés des Alpes, à savoir la baisse constante du nombre de donneurs alors que les besoins sont importants, en particulier en cette veille de vacances d’été. Vincent Roland, député et Fabrice Pannekoucke, maire de Moûtiers ont tous deux rappelé l’importance du don du sang, et qu’il reste un acte volontaire et gratuit.

Lors de la clôture de la cérémonie, le Portique a signé une convention de partenariat avec l’amicale des donneurs de sang en vue de collaborer et d'unir leurs forces pour réaliser au mieux leurs missions respectives et a effectué un don de deux cents euros. Le moment de rappeler les liens qui unissent le Sarto avec nos cousins transalpins, comme c’est le cas à Moûtiers par le jumelage avec la ville de Verrès. Jumelage qui fêtera ses 20 ans en juin 2020 et qui sera l’occasion de célébrations auxquelles nous sommes déjà conviés.

don sang moutiers     don sang moutiers2     don sang moutiers3


A la découverte de Feissons

Portique de Tarentaise

Dimanche 12 mai, une vingtaine de compagnons des portiques de Tarentaise et d’Albertville ont découvert la petite commune de Feissons sur Isère, porte de la Tarentaise. Touristes et locaux repèrent Feissons par son château qui domine la vallée. Sa construction aurait commencé au XIIIè siècle et l’édifice a connu des attaques par les troupes de François Ier en 1536.

François Dunand, compagnon et maire de la commune, accompagné de son adjointe Claudine Gros, ainsi qu’Anna Rimboud et Marcel Dunand Martin de l’association Histoire, Patrimoine et Tradition nous ont fait la visite des lieux. En particulier la petite église Saint Eusèbe, datant de 1725, au beau retable baroque. Puis la Maison du patrimoine créée et animée par l’association Histoire, Tradition, Patrimoine et rénovée avec l’aide d’habitant de la commune et le soutien de la mairie. Elle est divisée en quatre thèmes décrivant l’histoire de la commune : patrimoine traditionnel, eau, et Feissons durant les deux guerres mondiales. Le tout illustré par de nombreux documents donnés par les habitants.

La salle dédiée à a seconde guerre mondiale rappelle l’histoire tragique de la commune durant « les années noires ». En particulier, en mars 1944, quand les Allemands ont rassemblé tous les hommes devant la mairie, suite à une attaque sur une voiture allemande. Quatorze parmi les plus jeunes furent déportés à Dachau, quatre ne sont pas revenus. En août de cette même année, plusieurs combats eurent lieu à Pierre- Château et à l’entrée de Feissons, coûtant la vie à de nombreux maquisard. Pour sa part active dans la libération de la vallée, le village a reçu la Croix de guerre avec étoile de bronze.

Après un apéritif offert par la mairie, les compagnons ont partagé un repas convivial au restaurant de l’hôtel Radiana de La Léchere.

feissons 1     feissons 2


Découverte des vignes du Val de Suze

Portique de Tarentaise

Départ matinal pour les 45 personnes, membres des Vignes de Tarentaise, du Portique de Tarentaise du Sarto, inscrites au voyage de découverte des vignes des environs de Suze dans le Piémont. Première étape dans le petit village de Chiomonte, avec ses ruelles bordées d’arcades et de belles façades. Rendez-vous à la « Cantina Casa Ronsil ». Petite propriété de 2 hectares dont les parcelles se trouvent sur l’autre versant de la vallée, le plus ensoleillé, et qui exploite des cépages locaux anciens comme le avana. Des vignes qui supportent la sécheresse et dont certaines sont centenaires.

L’occasion de comparer les modes de culture des vignes en montagne de chaque côté des Alpes. Ici, très peu de traitement chimique, pas de désherbage. La vinification s’effectue avec des méthodes anciennes à la « cave sociale » construite en 1997 avec des aides européennes pour dynamiser la viticulture locale : le matériel est mis à disposition de chaque vigneron qui conserve sa propre cuvée.

A midi, découverte de la ferme-auberge « Cré Seren » à Giaglione. Les propriétaires proposent des repas préparés avec les denrées de la ferme accompagnées des vins produits sur les pentes abruptes du versant. Le tout avec une vue magnifique sur les montagnes environnantes. L’occasion de découvrir les saveurs de la cuisine piémontaise. Un repas particulièrement copieux de huit plats a enchanté les convives !

La visite des vignes et de la cave a permis là aussi de comparer les méthodes de culture et de vinification. L’occasion peut-être d’inspirer les vignerons d’Aime pour leurs futures récoltes… La sortie a aussi permis de resserrer les liens entre nos deux associations.


Inauguration à Nâves

Portique de Tarentaise

Samedi 1er mars, sous la direction de leur Major Prime Freddy Bertin, un petit groupe de compagnons du portique s’est invité à l’inauguration d’un chalet mobile pour se restaurer au pied des pistes de ski de fond du petit village de Nâves.

En effet, depuis décembre il n’existe plus de lieu de restauration dans la petite station, sauf à monter au refuge du Nant du Beurre, à deux heures de marche. A l’initiative de La Cave des Lys de Courchevel et en partenariat avec les mairies de Nâves et Courchevel, un chalet permettant la vente de petite restauration et boissons a été installé sur le parking du Tovet, à proximité des pistes de ski de fond.

Ce jour là, l’inauguration s’est faite en chansons avec « La Route des Tommes ». Et notre compagnon Jean-Marc Sullice, alias « Momotte », a brassé la polenta servie avec des idiots cuits dans le vin blanc et le foin à des convives conquis par l’action et le site. Belle animation pour cette inauguration !

Gageons que le chalet va satisfaire touristes et habitants de la vallée. NB : Pour les amoureux de montagne et de beaux sites, n’hésitez pas à visiter les lieux et l’été prendre le temps de monter jusqu’au refuge du Nant du Beurre. Du plaisir assuré !


Le portique de Tarentaise à la « Fête à Fanfoué »

Portique de Tarentaise

C’est sous un superbe soleil et dans le magnifique cadre du village des Allues que s’est déroulée la traditionnelle « Fête à Fanfoué » dimanche 5 août.

Cette journée festive réunit traditions et patrimoine savoyards en recréant la vie de nos ancêtres : tenues, quotidien, nourriture avec la confection des « bougnettes » et du pain dans le four du village.

Après la messe dite par Monseigneur Ballot et la procession à la chapelle Sainte Apollinie le matin, un grand défilé a eu lieu l’après-midi.

Chanteurs, cors des Alpes, vieux tracteurs, charrettes et surtout les habitants du village, petits et grands, dans le costume traditionnel.

Sans oublier la Route des Tommes qui a toujours autant de succès.

Les compagnons ont pu aussi découvrir le musée des Allues ainsi que le stand de fabrication des chapeaux traditionnels des Allues, initié par notre compagnon Sophie Braissand. Certaines dames se sont fait plaisir par l’acquisition d’un couvre-chef !!!

De nombreux compagnons du portique étaient présents tout au long de la journée et ont partagé le traditionnel « Diots-Polenta » lors du repas de midi.
Chapeau de Sophie Braissand.

fanfoue1   fanfoue2   fanfoue3


notre dame vie1« Sortie Vanoise » à Notre Dame de la Vie

Portique de Tarentaise

Le 9 juillet, le Portique de Tarentaise organisait sa traditionnelle « Sortie Vanoise ». 34 compagnons étaient présents par un magnifique soleil sur le superbe site de Notre Dame de la Vie à St Martin de Belleville.

La journée a commencé par la visite du sanctuaire commentée par notre compagnon Jean Paul Bergeri, guide du patrimoine. Grâce à lui nous avons pu accéder à une partie de la chapelle non accessible aux visiteurs en temps normal. La chapelle actuelle apparaît dans les archives en 1633, où elle est déjà l’objet de pèlerinages.

Dans la première partie on peut y découvrir de nombreux ex-voto remerciant généralement pour des guérisons. Le retable est une œuvre majeure du baroque savoyard : créé par Jean Marie Molino. Il a coûté 10 000 florins, c’est à dire le prix d’un troupeau de 250 vaches.  Cela montre que nos villages étaient riches au XVIIe siècle et les pèlerins nombreux.
Ainsi, on sait qu’en 1873 pas moins de 12 000 personnes étaient venues en procession de Moûtiers et des vallées voisines. Ce tabernacle monumental est fait de bois d’arole recouvert de feuille d’or.  Le monument a été récemment restauré car un des piliers menaçait de s’effondrer. Les fresques ont aussi été rénovées, ce qui permet de découvrir les magnifiques décors de l’édifice. Le maire de la commune André Plaisance nous a indiqué que le montant des travaux a été de 2,6 millions d’euros.

Un pique-nique convivial a ensuite réuni les compagnons sur le terrain aménagé devant le site.

Donc si vous passez par la Tarentaise cet été, n’hésitez pas à monter dans la superbe vallée des Belleville, admirer les paysages et visiter (entre autres) Notre Dame de la Vie : Un lieu majeur des beautés de notre patrimoine !

notre dame vie2   notre dame vie3


vigne1Une vigne baptisée "le Sarto"

Portique de Tarentaise

Ce 21 juillet il y avait du monde sur la « Route des Vignes » d’Aime.  En effet, en présence des maires délégués de Bellentre et de La Côte d’Aime, les « Vignes de Tarentaise » et le Portique de Tarentaise ont inauguré une vigne portant le nom « Le Sarto ». L’achat de cette parcelle a pu se concrétiser grâce à des subventions, mais aussi avec le don de 1 000 euros du portique.

Lors de la cérémonie, notre compagnon Jean Robino, président des « vignes de Tarentaise » a rappelé l’action de l’association créée en 2008, et dont il est le président :
Réhabiliter le vignoble local et développer la production d’un vin de qualité. Le Major Prime, Freddy Bertin a rappelé que comme le Sarto a été fondé pour sauver la Mondeuse, il était normal d’agir aujourd’hui pour aider à la conservation du patrimoine vinicole de nos vallées.  La vigne a déjà été aménagée : création d’un chemin d’accès, aplanissement du terrain et plantation de plus de 200 plans d’un cépage précoce et rustique adapté à notre climat et au terroir. Comme le souligne le panneau dévoilé à cette occasion, cette plantation est « partagée » : le travail est effectué par des membres de l’association et des bénévoles qui apprennent à entretenir et travailler la vigne. Trois parcelles sont cultivées de cette manière.

La volonté des viticulteurs n’est pas de copier ce qui se fait ailleurs, mais de produire un vin typique de nos vallées, un vin attrayant et sympathique pour accompagner beaufort et saucisson. Le député Vincent Roland a insisté sur l’action essentielle qu’est l’entretien et l’amour du territoire.

Il a aussi souligné l’importance de la mobilisation et de la collaboration entre les associations et les collectivités locales pour faire perdurer nos traditions et notre terroir. Les premières vendanges des nouveaux plans sont prévues dans quatre ans. Avis aux amateurs !!

vigne2   vigne3


Fête de la Saint-Bernard

Portique de Tarentaise

DL20180606   tincave2